Pourquoi la femme adore le cunnilingus ?

Peut-être ignorez-vous que près de 80 % des femmes adorent le cunnilingus. Hé oui Messieurs, vous n’avez pas l’exclusivité du sexe oral.
Cette pratique sexuelle buccale stimule l’intimité de la femme et en fait une des étapes importantes des préliminaires. Mais à la différence de la fellation chez l’homme, le cunnilingus ne se pratique pas de la même façon.

Le préliminaire idéal

Le cunnilingus satisfait tout de même plus de trois femmes sur quatre. C’est un préliminaire qui va stimuler plusieurs zones érogènes la fois. Le clitoris, les lèvres, la vulve et l’entrée du vagin. Si vos caresses et vos stimulations sont savamment distillées, le sexe de la femme s’ouvrira et s’humidifiera au point de bien souvent mener à l’orgasme. Mais il faut avant tout pour cela maîtriser l’art de mordiller, embrasser, lécher, aspirer, etc. Les femmes se disent satisfaites de rapports sexuels si elles ont bénéficié d’un cunnilingus lors des préliminaires. Messieurs, vous qui n’êtes pas sûrs de vous et de vos performances sexuelles, entamer chaque rapport par un cunnilingus peut vous aider à satisfaire pleinement votre partenaire.

Attention à ne pas couper l’envie

Lorsqu’une femme jouit lors d’un cunnilingus, la pénétration devient alors accessoire. Attention aussi à ne pas vous priver de ce plaisir. Une femme sur deux ne ressent plus le besoin de se faire pénétrer lorsqu’elle a joui sous des caresses buccales. Le cunnilingus c’est bien, mais à utiliser avec parcimonie.
À la différence de l’homme, la femme a besoin d’un minimum de préparation avant d’ouvrir les cuisses pour recevoir vos caresses. Là où il suffit à un homme de baisser son caleçon et d’exhiber son sexe en érection pour une fellation, chez la femme il faut user de stratégie et d’un minimum d’expérience pour la voir s’ouvrir et s’abandonner à vos caresses. Il faut mettre votre partenaire à l’aise. La première des choses pour les deux partenaires concernant le cunnilingus est l’envie. Si l’un ou l’autre n’a pas réellement envie de faire cette pratique, le plaisir ne sera pas au rendez-vous et pire cela pourrait avoir des conséquences néfastes pour la suite et câlins futurs.

Usez de patience

Prenez le temps de parcourir le corps de la femme en la couvrant de bisous et de caresses. Ne vous précipitez pas directement sur son clitoris en jouant les tornades avec la langue tout en aspirant les lèvres. Okay, quelquefois c’est nécessaire mais la plupart du temps il faut faire monter le désir. Le ventre et le haut des cuisses sont des zones très sensibles chez la femme. L’entrejambe, son anus et ses fesses sont des zones qui excitent la femme tout comme les baisers dans les creux de l’aine. Alternez les zones en revenant de temps en temps vers votre objectif premier : le sexe de la femme.

Je ne vous donne pas la recette parfaite pour pratiquer le cunnilingus idéal. Vous pensez bien que ce serait trop simple. Évidemment, toutes les femmes sont différentes et certaines préféreront se faire stimuler une zone plutôt qu’une autre.

Le conseil que je vous donne maintenant est valable plus généralement en amour mais plus précisément dans le cunnilingus. Soyez à l’écoute de votre partenaire ! Ne foncez pas tête baissée en fermant les yeux et en ayant pour seul objectif de la faire jouir. Regardez-la et écoutez son corps. Interprétez chaque mouvement de hanches et chaque soupir. Vous trouverez ainsi facilement là où les zones qui provoquent le plus de plaisir chez votre partenaire. Ce n’est pas forcément le clitoris qui déclenchera l’orgasme. Quelquefois ce sont les lèvres, la vulve ou bien encore l’entrée du vagin. Rappelez-vous que ce n’est pas un concours de vitesse mais plutôt un examen de compétences.

Tenez bon !

Lorsque le plaisir monte au point de jouir chez la femme, sa respiration va s’accélérer et son corps va s’exprimer. Elle peut agripper les draps, vous griffer ou bien encore vous plaquer la tête vigoureusement sur sa vulve. Ce n’est certainement pas le moment de vous arrêter ! Au contraire, maintenez le rythme et faites de petites accélérations et vous serez assurés d’avoir la fierté d’avoir fait jouir une femme avec votre bouche.
Le cunnilingus n’est plus du tout une pratique taboue et a désormais une place tout aussi importante pour les Français que la fellation.

Témoignage de femmes

Par téléphone, mail ou dans la rue, partout en France, Comment-seduire.fr est allé à la rencontre de femmes pour recueillir leur avis sur le cunnilingus. Après tout ce sont elle les mieux placées pour en parler, non ?

Isabelle, cadre supérieure à Paris (42 ans)
C’est compliqué. L’homme doit s’entraîner pendant longtemps et surtout écouter la femme.

Marie, étudiante en histoire de l’art à Paris (23 ans)
Il faut déjà que la femme femme écarte bien les cuisses. Que le minou soit à l’air libre, sans drap, je préfère amplement.

Sonia, coiffeuse à Caen (33 ans)
Aller doucement, pas trop rapide et prendre son temps. Ca peut paraître simple, mais il faut que le mec identifie bien le clito.

Nouria, conseillère de vente à Strasbourg (35 ans)

Bien se servir de sa langue et de ses doigts. Tout est dans la technique.

Sylvia, infirmière à Toulouse (31 ans)
Faut déjà qu’il ait des connaissances en biologie (rire), qu’il a un petit peu l’anatomie du vagin en place. Ce qu’est le trou au dessus et qu’il faut monter d’un étage. Je préfère le cunnilingus avec l’utilisation d’un gel lubrifiant, sinon ça peut faire mal.

Monique, retraitée à Rennes (64 ans)
Qu’il n’est pas de dentier, déjà ! (morte de rire)

Fathia, étudiante commerce à Bordeaux (25 ans)
Je préfère le cunnilingus à sec car je trouve la pratique plus vivante. Le lubrifiant enlève les sensations. Surtout faut que le mec s’acharne trop sur le clitoris.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *